MODE DE FONCTIONNEMENT :
FONCTIONNEMENT PAR PROJET

L’Institut des déserts et des steppes a adopté délibérément, dès sa création, le principe d’une structure permanente très légère et d’un fonctionnement par projet. Cela signifie qu’il constitue pour chacun des projets, selon les besoins spécifiques de celui-ci et sa durée, une équipe de spécialistes (archéologues, anthropobiologistes, spécialistes de la culture étudiée, généticiens, géomorphologues, spécialistes en photogrammétrie et imagerie scientifique, etc.) émanant de différentes universités et d’autres institutions de recherche (CNRS, INRAP, etc.), amenés à travailler en collaboration avec leurs partenaires autochtones, l’ensemble étant placé sous la direction scientifique et opérationnelle de l’Institut des déserts et des steppes. Ce mode de fonctionnement par projet permet à l’Institut de bénéficier en temps limité, mais dans des délais courts, de l’ensemble des compétences requises et donc d’avoir une forte réactivité d’adaptation face à de nouvelles opportunités qui requièrent des problématiques très diverses.

En partenariat avec les autorités scientifiques et civiles de chacun des pays concernés, l’Institut prend en charge les travaux de terrain, les travaux post-terrain (études en laboratoires, restauration des pièces archéologiques destinées aux Musées nationaux) et la diffusion médiatique de ces travaux et des résultats obtenus (publications, films).

Dans certains cas, l’Institut des déserts et des steppes confie à une autre institution de recherche archéologique la réalisation des travaux. Cette institution effectue les travaux au nom de l’Institut et en lieu et place de celui-ci, dans le cadre d’un contrat global conclu entre les deux institutions.